Actualités de la Santé : Prévention du cancer grace à certains fruits et légumes


Cancer et mode de vie

Le cancer n’est pas une maladie d’origine héréditaire, mais bien une pathologie fortement liée à un ensemble de facteurs liés au mode de vie, entre autre le tabagisme, l’alcoolisme, et l’obésité. Cette dernière dépend fortement de nos habitudes alimentaires et de notre sédentarité.

Il nous semble évident depuis plusieurs années qu’une consommation régulière et abondante de certains fruits et légumes pourrait diminuer le risque de certains types de cancers.  Une étude récente (Dr Boffetta, EPIC) précise que cet effet protecteur n’est associé à tout les végétaux. Il est donc impératif de bien choisir les fruits et légumes contenant les plus grandes quantités de molécules anticancéreuses.

lien entre certains fruits et légumes et réduction du risque de cancer

Source : Béliveau et Gingras, La santé par le plaisir de bien manger, Trécarré (2008)

La consommation régulière de ces fruits et légumes est donc particulièrement importante car ils ne possèdent pas tous le même potentiel de prévention des cancers.  Il existe d’importantes différences dans les niveaux de composés anticancéreux associés à ces aliments. Certains composés phytochimiques ayant les plus fortes activités de prévention du cancer ne sont présents que dans certains fruits et légumes bien précis.  C’est le cas du resvératrol des raisins, des isoflavones du soja, des isothiocyanates et indoles du brocoli, de la curcumine de l’épice curcuma, ou bien encore des catéchines du thé vert. On voit bien que seul certains fruits et légumes peuvent véritablement diminuer le risque de cancer.

Privilégier la qualité

Par exemple, une étude réalisée sur plus de 100,000 professionnels de la santé américains n’est pas parvenue à établir un lien bénéfique entre la consommation totale de fruits et légumes et la diminution du risque de cancer (1). Pourtant,  une baisse importante du risque de cancer de la vessie chez les hommes qui consommaient abondamment des légumes crucifères (2), ainsi qu’une baisse significative du risque de cancer de la prostate suite à la consommation régulière de produits à base de tomates (3) ont été observées chez cette même population.

Une étude européenne réalisée auprès de 400,000 personnes vient d’arriver à la conclusion que la consommation globale de fruits et légumes n’est pas associée à une diminution significative du risque de cancer. Mais les observations indiquent également que le développement des différents types de cancer est modulé par les végétaux de l’alimentation et qu’il faut tenir compte de la nature de ces fruits et de légumes plutôt que de la quantité globale de fruits et de légumes consommés. Par exemple, certains fruits, notamment les agrumes, vont réduire considérablement le risque de cancer de l’estomac.

En conclusion, une consommation régulière de fruits et légumes de qualité est excellente pour la santé en général et pour la protection contre les maladies cardio-vasculaires. Pour la prévention de certains cancers, seule une consommation accrue d’aliments contenant de fortes quantités de molécules anti-cancéreuses est bénéfique. On privilégiera donc les fruits et légumes des familles du chou et de l’ail, le thé vert, les petits fruits, les agrumes, tomate, carotte…

Références

  • Boffetta, P., et al., Fruit and Vegetable Intake and Overall Cancer Risk in the European Prospective Investigation Into Cancer and Nutrition (EPIC). J. Natl. Cancer Inst., 2010.
  • David Servan-Schreiber : son blog

Posté par le 14 avr 2010. inséré dans Actualités de la Santé.

Répondre

Publicité

Guide Santé Bio - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues sur ce site ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de Guide Santé Bio. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.
Avertissement
Les informations et services proposés par Guide Santé Bio sont uniquement destinés à donner des conseils santé et informer sur les vertus des médecines naturelles et de l'alimentation naturelle. Ils ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale, et ne remplacent pas la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. Ces information peuvent vous être utiles dans la prévention et le traitement de problèmes de santé mineurs ; pour les cas graves vous devez impérativement consulter votre médecin.